EN | FR

Forger la persévérance des enfants

FullSizeRender (1)

Il est 19h51, la gardienne s’occupe de nos enfants et nous prenons un bon café au bord de l’eau. Quelle belle fin de semaine! Au fait, quelle fin de semaine? Elle a passée beaucoup trop vite. Encore. Mais cette fois, c’était pour la bonne cause. Tout a commencé au printemps.

Émilie: Devine quoi? J’ai inscrit Nathan au soccer! On commence au mois de mai!

Ghislain: Le soccer? Y a juste 3 ans. Il va apprendre à brouter le gazon et à tourner en rond.

Émilie: Ben là, s’il y a des cours, c’est parce que c’est un bon temps pour commencer.

Ghislain: Moi je trouve qu’il est trop jeune.

Émilie: Eh! que tu es négatif. De toute façon, fais-toi à l’idée, il est déjà inscrit.

Ghislain: Ok. C’est à quelle heure?

Émilie: C’est à 18h30, les lundi et mercredi.

Ghislain: DEUX SOIRS!!! WHAT THE…

Émilie: Oui, deux soirs (sourire de satisfaction victorieux).

L’été a passé à une vitesse incroyable. Nathan a eu la chance d’apprendre un sport vraiment super. C’était sa première expérience de sport d’équipe. Nous avons pu voir sa progression. Son intérêt s’est développé tout doucement. Au début, il était timide et ne voulait pas aller vers ces gens qu’il ne connaissait pas. Il faisait des roulades dans le gazon dans le milieu du match ou chantais à tue-tête. Mais peu à peu, ce groupe d’enfants disparate est devenu l’embryon d’une petite équipe. Pour le jeu de passe, ce sera pour plus tard. Pour l’instant, on savoure le plaisir d’être ensemble, de découvrir un sport et de déguster un bon popsicle après un effort intense. Nous nous sommes rendus compte que c’était aussi l’initiation à la persévérance ainsi qu’à l’accomplissement personnel. Vous auriez dû le voir lorsqu’il a marqué son premier but. Oh, my, God! Aucun cadeau de Noël n’aurait pu le satisfaire autant. Papa était aussi TRÈS fier. Le plus drôle, lorsqu’il est revenu au banc après son but, Nathan a philosophé sur son exploit:

Nathan: Papa, tu sais pourquoi c’est difficile de faire un but au soccer?

Ghislain: Non, pourquoi?

Nathan: Parce qu’il faut être patient. Il faut que tu attendes le bon moment pour faire un but.

Samedi dernier, c’était le Soccerfest, consécration ultime pour les petits champions où plusieurs parties se déroulent en continu. Pour Nathan, c’était son premier tournoi. C’était vraiment fantastique de voir les enfants se donner, encore une fois, pas pour de l’argent ou les récompenses mais pour le plaisir. Après trois parties solidement disputées sous un fort soleil, le fruit des efforts a été récolté: une médaille! Nathan était tellement fier de sa médaille qu’il a dormi avec.

IMG_6510

Parallèlement, en tant que parent, nous nous étions aussi établis un objectif sportif : la course. Question d’être bien motivés, nous nous sommes inscrit à la course de Lachine et de Montréal, c’est le principe du “Book a date and it will happen”. Pendant quelques mois nous pratiquions ensemble, en couple, sans inclure les enfants. Puis, nous nous sommes dit qu’inclure Nathan dans le projet serait une bonne idée: lui transmettre la passion de la course et du dépassement de soit via cette activité toute simple. Une route, des souliers, de la musique et de la persévérance.

Puis, dimanche arrive, notre course. Départ à 8h00AM. Nous nous sommes préparés physiquement et mentalement. Après moins d’une heure pour Émilie et un peu plus d’une heure pour Ghislain, une médaille. On retombe en enfance. Même excitation que notre fils la veille. Des efforts récompensés par un objet purement symbolique. La fierté ressentie lorsque l’on franchit le fil, après s’être entraîné, avoir visualisé la journée et voir le tout s’accomplir est indescriptible. Ça fait un bien incroyable, surtout lorsque l’on prend en considération que c’est un objectif personnel. Juste de l’estime de soi.

Mais le summum, l’extase, les petites larmes sont vraiment arrivées lorsque Nathan a franchi la ligne d’arrivée. Sa fierté. Tout simplement wow. Nathan a couru son premier 1 km! Tout le long du parcours, les enfants s’amusent et les grands encouragent les petits coureurs. Son sourire lorsqu’il a reçu sa deuxième médaille en deux jours était mémorable. Il flottait sur un nuage. Le soir venu, pas une, mais deux médailles pour dormir!

IMG_6846

On espère qu’il se rappellera de cette expérience, pas seulement pour les médailles, mais pour la symbolique: Les objectifs, les efforts, les difficultés, les moments de doutes puis ce sentiment très difficile à reproduire de fierté de soi lorsque l’on atteint ses objectifs. S’il y a une valeur qui pourra accompagner nos enfants et que nous pensons que nous pouvons lui transmettre par ces expériences, c’est la persévérance. De l’adversité, il y en aura toujours. Le vrai caractère d’une personne ressort dans cette adversité. Ce n’est pas le nombre de fois que la vie nous couche au tapis qui compte, mais le nombre de fois que l’on s’est relevé.

 

Partagez

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Articles similaires

L’histoire de la cagoule glup

Un de nos produits vedette chez glup c’est sans contredit la cagoule, En 2005, alors que je rendais visite à mon amie Claudia en Suisse