EN | FR

Des expériences qui font grandir

petite filleÊtre parent, ça s’apprend. On ne devient pas parent du jour au lendemain, mais plutôt avec le temps, grâce aux expériences que nous vivons. C’est un long cheminement, avec ses hauts et ses bas, dans lequel nous apprenons constamment à surpasser nos limites. Avoir et élever un enfant au quotidien ne ressemble bien souvent pas à l’image que nous nous en étions faite avant une première grossesse : à cette époque, jamais nous n’aurions pu imaginer ce qui nous attendait, ni les défis à relever ni les grands bonheurs qu’être parent allait nous permettre de vivre. Le don de soi, par exemple, est incroyable. C’est irréel tout ce que nous pouvons faire pour nos petits amours. Il y a des moments où nous sommes carrément en mode survie, mais une leçon que j’ai apprise, c’est que tout finit par passer. La vie nous apporte des expériences enrichissantes qui nous font grandir et qui font grandir nos petits. En ce sens, laissez-moi vous parler de ma petite princesse, une source d’inspiration pour moi, grâce à son grand courage et à sa belle capacité d’imagination et d’enthousiasme.

Loli-Faye, quatre ans, a déjà subi cinq opérations, dont la première lorsqu’elle avait cinq mois. Elle était toute petite, si fragile, ne parvenant même pas à s’asseoir solidement. Nous étions dans la salle à côté du bloc opératoire et attendions ce moment d’angoisse où je devrais me séparer de mon bébé et la remettre dans les bras d’une étrangère pour passer de « l’autre côté ». L’autre côté, c’est la salle où l’on opère et que je n’ai jamais vue, ni connue. La salle que seule mon bébé connaît, dont les images et les souvenirs seront dans sa mémoire à elle seule. Le fameux moment est venu, dernier bisous à ma puce d’amour et, avec tout le courage que je pouvais avoir à ce moment, j’ai finalement donné ma fille à cette personne venue la chercher. J’en avais le souffle coupé, le cœur serré et mes larmes se sont mises à couler aussitôt que ma fille ne pouvait plus me voir. Ensuite, l’attente… et l’attente encore… avec d’autres parents qui, tout comme moi, tentaient de se changer les idées.

L’opération a été bien réussie pour Loli-Faye, qui dès réveil, a pu être allaitée. Je dois dire que j’attendais ce moment avec impatience : pouvoir réconforter ma petite puce, le bandage à l’œil et l’intraveineuse au bras était tout autant bénéfique pour elle que pour moi.

La deuxième opération a été un autre défi, car ma fille, âgée maintenant de 14 mois, devait être à jeun pour l’opération. Comme elle avait l’habitude de manger très tôt le matin, nous avons dû nous préparer et lui changer les idées. De plus, nous devions être forts et tout faire pour que Loli-Faye soit dans une énergie positive pour que la route vers l’Hôpital se fasse sur un ton joyeux afin de rendre le tout le plus agréable possible. Nos préoccupations étaient un peu différentes : va-t-elle pleurer dans la salle à côté du bloc opératoire, va-t-elle s’accrocher à mes bras et refuser d’aller de l’autre côté, va-t-elle hurler de faim, allons-nous tenir le coup ? L’émotion était palpable dans cette petite salle d’attente avant le transfert au bloc opération. Ma seule préoccupation était que Loli-Faye ne sente pas l’angoisse de ses autres enfants dont certains pleurait à chaudes larmes.

L’opération a été une autre réussite et un autre apprentissage pour la famille. Ce que j’ai appris sur ma fille :
1. Elle n’aime pas avoir une intraveineuse dans le bras et veut l’arracher ;
2. Elle n’a pas facilement le mal de cœur et adore la sucette glacée servi après l’opération, le dévorant avec appétit ;
3. Elle veut sortir de l’Hôpital au plus vite !

Les trois autres opérations, dont une non planifiée, sont arrivées à la fin de ses trois ans et au début de ses quatre ans dans l’espace d’environ trois mois. Mon mari et moi étions à nouveau confrontés à cette épreuve, mais nous avons réalisé que ce n’était pas « notre » épreuve, mais bien celle de Loli-Faye. Comment allait-elle réagir ? Elle était assez grande pour se rappeler ce que signifie être opérée. Comment allions-nous réussir à conserver un état de sécurité et de bien-être chez notre fille ? Comment la réconforter et la préparer à cette épreuve ?

Première opération de cette série de trois. À cette époque, j’étais sur le point de compléter mon cours de coaching et j’avais tous les outils en ma possession pour m’aider à accompagner Loli-Faye à affronter à nouveau cette situation. J’allais travailler sur mon attitude et mon ressentie en étant calme et en sachant avec assurance que tout allait bien se passer., Nous nous sommes préparés, notamment en lui montrant les photos de ses deux premières opérations et en lui parlant des bienfaits de celles-ci tout en conservant une attitude positive, optimiste et sereine. J’étais prête à tout pour rendre l’expérience agréable pour ma fille. Résultat : un autre succès. Pour les quatrième et cinquième opérations un autre enjeu se présentait : le souvenir frais dans sa mémoire de l’opération précédente et l’annonce qu’une autre opération devraient encore être faite après celle-ci.

Small red stethoscope

De par mes croyances en l’Univers et que l’Univers me supporte à chaque instant, j’ai eu la chance de parler à une amie qui m’a conseillée d’utiliser les guides spirituelles. Ici, guide spirituelle, selon moi, réfère à une force plus grande que soi dans laquelle nous pouvons retrouver réconfort et sérénité. C’était décidé, j’allais parler à Loli-Faye de ses guides. Chaque soir avant le dodo, Loli-Faye allait parler à ses guides afin de se préparer à son opération et nous demandions aux meilleurs guides chirurgiens et membres de l’équipe médicale d’être présents dans la salle d’opération. Ils allaient aider et accompagner le personnel sur place à créer un autre succès. De mon côté, j’avais aussi la chance de pouvoir participer au processus et prendre action en visualisant les guides à mon tour durant son opération. L’expérience a été extrêmement enrichissante : je ne me suis pas sentie totalement impuissante et j’ai pu à ma façon aider. Ce que j’ai appris dans tout ceci c’est de ne pas sous-estimer le pouvoir de nos pensées et de la méditation/visualisation créatrice.

Ces opérations ont encore une fois été couronnées de succès. Je vous ai parlé de mon processus à moi, mais maintenant, j’aimerais vous parler de l’attitude de Loli-Faye. Le jour d’une opération (les trois dernières en témoignent), Loli-Faye part de la maison avec enthousiasme et joie, car elle s’en va se faire opérer ! Elle est de bonne humeur et excitée à l’idée. Une fois dans la salle d’attente du bloc opératoire, Loli-Faye est en pleine forme et joyeuse, attendant avec impatience l’infirmière qui viendra la chercher pour aller dans la salle d’opération. Elle est confiante et part comme une grande fille, le sourire aux lèvres, nous saluant de sa petite main. Elle est une championne et une véritable source d’inspiration ! Mission accomplie !

Je finis en exprimant ma gratitude à mes enfants. Je veux vous remercier de me faire grandir et de m’inspirer à être une meilleure personne, une meilleure femme, une meilleure maman et une amoureuse de la vie. Merci de me faire grandir et de m’avoir permis d’exercer le meilleur rôle au monde : celui d’être votre maman.

Partagez

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Articles similaires

L’histoire de la cagoule glup

Un de nos produits vedette chez glup c’est sans contredit la cagoule, En 2005, alors que je rendais visite à mon amie Claudia en Suisse